Avi Shlaim. Historien britannique et professeur en relations internationales à Oxford : «Ce qui se passe à Ghaza est la manifestation du terrorisme d’État israélien» (1re partie)

15/05/2024 mis à jour: 22:04
4791
Photo : D. R.

Entretien réalisé par Rima Rouibi (*)

  • Avi Shlaïm, vous êtes historien, et quand on entend beaucoup de personnes dire que l’opération Déluge d’Al Aqsa est le point de départ, c’est le début du drame du peuple palestinien dans la bande de Ghaza. Qu’en pensez-vous ?

La seule façon de donner un sens aux guerres cruelles et vouées à l’échec d’Israël à Ghaza est de comprendre le contexte historique. Quelle que soit la perspective choisie, la création de l’État d’Israël en mai 1948 impliquait une injustice monumentale envers les Palestiniens. Trois quarts de million de Palestiniens sont devenus des réfugiés et le nom de Palestine a été rayé de la carte. Les Israéliens l’appellent «la guerre d’indépendance» ; les Palestiniens appellent cela la Nakba, ou la catastrophe.

L’événement le plus horrible de l’histoire riche en souffrances des Juifs a été l’Holocauste. Dans l’histoire du peuple palestinien, l’événement le plus traumatisant est la Nakba qui n’est pas en fait un événement ponctuel mais le processus continu de dépossession et de déplacement du peuple palestinien de sa patrie qui se poursuit encore aujourd’hui, dans des conditions indescriptibles.

Le Royaume-Uni était le premier sponsor de l’Etat juif, depuis la déclaration Balfour de 1917. Mais en 1948, les Etats-Unis avaient remplacé le Royaume-Uni comme principal bailleur de fonds. Les responsables britanniques étaient profondément mécontents de voir les Etats-Unis devenir les grands partisans de l’Etat naissant, même s’ils avaient eux-mêmes permis et renforcé la prise de contrôle sioniste de la Palestine. Les conditions qui ont donné naissance à la Nakba ont été créées en Grande-Bretagne.

Pourtant, aucun gouvernement britannique n’a jamais accepté la moindre responsabilité dans les pertes et les souffrances qu’il a infligées au peuple palestinien. Le 7 janvier 2009, alors que l’Opération Plomb Durci battait son plein, j’ai écrit un article dans The Guardian. «Comment Israël a amené Ghaza au bord d’une catastrophe humanitaire». Il s’agissait de la première attaque majeure d’Israël contre la bande de Ghaza, après son retrait unilatéral en 2005.

D’autres offensives militaires majeures ont suivi en 2012, 2014, 2021 et 2022, sans compter les agressions mineures et près de 200 morts lors des manifestations frontalières de 2018, connues sous le nom de Marche du retour. Israël a apporté à plusieurs reprises la mort et la destruction aux Ghazaouis.

Mais en représailles à l’attaque du 7 octobre, Israël a choisi quelque chose de bien pire qu’avant : le nettoyage ethnique. Lorsqu’Israël s’est retiré de Ghaza en 2005, il a transformé la petite enclave en prison à ciel ouvert mais la réponse d’Israël à l’attaque du Hamas du 7 octobre 2023 et le bombardement incessant de Ghaza par voie terrestre, maritime et aérienne a transformé cette prison à ciel ouvert en un cimetière à ciel ouvert. D’après mes calculs, la guerre actuelle est la sixième attaque israélienne majeure contre Ghaza depuis 2009 et de loin la plus meurtrière et destructrice. Et cela soulève également le spectre inquiétant d’une seconde Nakba palestinienne.

  • La responsabilité historique de la Grande-Bretagne dans le drame d’aujourd’hui est clairement établie. Comment expliquez-vous la position actuelle des Etats-Unis et surtout l’exploitation du veto au Conseil de sécurité de l’ONU ?

Depuis 1948, les puissances occidentales, menées par les Etats-Unis, ont apporté à Israël un soutien moral, économique et militaire massif, ainsi qu’une protection diplomatique. Les États-Unis ont utilisé leur droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU à 47 reprises pour faire échouer des résolutions qui n’étaient pas du goût d’Israël.

L’Amérique accorde également à Israël environ 3,8 milliards de dollars d’aide militaire chaque année, et davantage cette année pour permettre à Israël de poursuivre son offensive militaire à Ghaza. Le problème du soutien américain à Israël est qu’il n’est pas conditionné au respect par Israël ni des droits humains palestiniens ni du droit international. Par conséquent, Israël s’en sort en tuant littéralement.

  • La propagande israélienne répète que le territoire de la bande de Ghaza a été évacué en 2005 et c’est donc un territoire administré par les Palestiniens, donc hors du contrôle de l’occupation. Et pourtant, Ghaza est sans cesse la cible d’agressions à répétition par Israël avec de plus en plus de crimes qui s’apparentent aux crimes de guerre ou de génocide. N’y a-t-il pas un paradoxe ?

En août 2005, un gouvernement dirigé par le Likoud d’Ariel Sharon a organisé un retrait unilatéral israélien de Ghaza, retirant les 8 500 colons et détruisant les maisons et les fermes qu’ils avaient laissées derrière eux. Le Hamas, le mouvement de la résistance islamique, a mené une campagne efficace pour chasser les Israéliens de Ghaza.

Sharon a présenté au monde le retrait de Ghaza comme une contribution à la paix. Mais au cours de l’année qui a suivi, plus de 12 000 colons se sont installés en Cisjordanie, consolidant le contrôle israélien et réduisant encore davantage les possibilités d’un État palestinien indépendant. Le véritable objectif de cette décision était de redessiner les frontières du Grand Israël en intégrant les principaux blocs de colonies de Cisjordanie à l’État d’Israël.

Le retrait de Ghaza n’était donc pas un prélude à un accord de paix avec l’Autorité palestinienne, mais un prélude à une nouvelle expansion sioniste en Cisjordanie. Il s’agissait d’une décision israélienne unilatérale prise dans ce qui était considéré comme l’intérêt national israélien. Ancré dans un rejet fondamental de l’identité nationale palestinienne, le retrait de Ghaza faisait partie d’un effort à long terme visant à priver le peuple palestinien de toute existence politique indépendante sur son territoire.

Cela n’a pas empêché les différents porte-paroles israéliens de déclarer de manière absurde qu’en se retirant, Israël donnait aux Ghazaouis une chance de transformer la bande de Ghaza en Singapour du Moyen-Orient. En décembre 2008, Israël a lancé l’opération Plomb Durci, en violation d’un cessez-le-feu de six mois négocié par l’Égypte. Il ne s’agissait pas d’une guerre au sens habituel du terme mais d’un massacre à sens unique. Pendant 22 jours, l’armée israélienne a tiré, bombardé et pilonné des cibles du Hamas, tout en faisant pleuvoir la mort et la destruction sur la population civile sans défense.

Au total, 1 417 habitants de Ghaza ont été tués, dont 313 enfants, et plus de 5 500 blessés. 83% des victimes étaient des civils. Les crimes de guerre ont fait l’objet d’une enquête menée par une mission d’enquête indépendante nommée par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU dirigée par Richard Goldstone, un éminent juge sud-africain qui se trouve être à la fois juif et sioniste.

Goldstone et son équipe ont découvert que le Hamas et Tsahal avaient tous deux commis des violations des lois de la guerre. L’armée israélienne a fait l’objet de sanctions bien plus sévères que le Hamas, en raison de l’ampleur et de la gravité de ses violations. Le Hamas et d’autres groupes armés palestiniens ont été reconnus coupables d’avoir lancé des attaques à la roquette et au mortier, dans le but délibéré de blesser des civils israéliens. L’équipe Goldstone a enquêté sur 36 incidents impliquant l’armée israélienne.

L’étude a recensé 11 incidents au cours desquels des soldats israéliens ont lancé des attaques directes contre des civils, avec des conséquences mortelles (dans un seul cas il y avait un possible «objectif militaire justifiable») ; sept incidents au cours desquels des civils ont été abattus alors qu’ils quittaient leur domicile «en agitant des drapeaux blancs et, dans certains cas, suite à une injonction des forces israéliennes de le faire» ; une attaque exécutée «directement et intentionnellement» contre un hôpital ; de nombreux incidents au cours desquels les ambulances ont été empêchées de soigner les blessés graves ; plusieurs attaques contre des infrastructures civiles sans signification militaire, telles que des moulins à farine, des élevages de poulets, des stations d’épuration et des puits d’eau, toutes faisant partie d’une campagne visant à priver les civils des nécessités de base.

Selon les termes du rapport, une grande partie de ces dégâts considérables n’était «pas justifiée par des nécessités militaires et a été effectuée de manière illégale et gratuite».

En conclusion, le rapport de 452 pages note que même si le gouvernement israélien a cherché à présenter ses opérations comme étant essentiellement une réponse aux attaques à la roquette, dans le cadre de l’exercice du droit de légitime défense, «la Mission elle-même considère que le plan avait été dirigé, du moins en partie, contre une cible différente : la population de Ghaza dans son ensemble».

Dans ces circonstances, la Mission a conclu que ce qui s’est produit en un peu plus de trois semaines, fin 2008 et début 2009, était «une attaque délibérément disproportionnée destinée à punir, humilier et terroriser une population civile, à diminuer radicalement sa capacité économique locale à la fois de travailler et de subvenir à ses besoins, et de lui imposer un sentiment toujours croissant de dépendance et de vulnérabilité».

Goldstone a ensuite publié un article dans le Washington Post, affirmant que le Hamas avait commis des crimes de guerre (ses roquettes étaient «délibérément et sans discernement dirigées vers des cibles civiles»), «les civils n’étaient pas intentionnellement ciblés dans le cadre d’une politique» par Israël. Les trois autres membres de la mission d’enquête ont déclaré qu’ils maintenaient les conclusions qui ont été «faites après un examen diligent, indépendant et objectif des informations liées aux événements relevant de notre mandat et une évaluation minutieuse de leur fiabilité et de leur crédibilité».

  • Dans le rapport Goldstone, qui devait endosser la responsabilité ?

Ni Israël ni le Hamas n’ont été tenus responsables ni obligés de payer le moindre prix pour leurs crimes de guerre. Les Israéliens ont eu recours à une diffamation contre l’auteur du rapport plutôt que de s’engager dans ses conclusions. Bien qu’il n’ait mené à aucune action, le rapport Goldstone offre un aperçu approfondi du comportement israélien à Ghaza dans cette opération et dans toutes les opérations ultérieures. L’absence de sanctions explique également pourquoi Israël a pu continuer à agir en toute impunité et, encore une fois, s’en tirer littéralement en tuant.

  • Donc selon vous, les Occidentaux donnent davantage d’arguments aux crimes de guerre commis par Israël ?

Tout en commettant des crimes de guerre, Israël prétend exercer son droit inhérent à l’autodéfense, et ses pom-pom girls occidentales répètent cette affirmation à la manière des perroquets.

Lors de cette attaque (l’agression qui se poursuit depuis le 07 octobre 2023, ndlr) la plus récente et la plus dévastatrice contre Ghaza, Keir Starmer, le chef du Parti travailliste britannique, a surpassé même le président américain Joe Biden et le Premier ministre britannique Rishi Sunak, en déclarant que le droit d’Israël à se défendre justifiait le refus d’eau, de nourriture et de carburant à la population civile.

Les trois dirigeants ont persisté pendant plusieurs mois dans leur refus d’appeler à un cessez-le-feu immédiat, se contentant de faibles appels à Israël pour qu’il fasse une pause dans les combats, afin de permettre à l’aide humanitaire d’atteindre la population civile assiégée. Comme la plupart de ses affirmations dans cette guerre sauvage, l’affirmation d’Israël selon laquelle il exerce simplement son droit de légitime défense est sans fondement – ​​ou du moins vivement contestée.

Francesca Albanese, rapporteuse spéciale des Nations unies sur les droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés, a souligné qu’en vertu du droit international, ce droit n’est pertinent qu’en cas d’attaque armée d’un État contre un autre État, ou si la menace vient de l’extérieur. Toutefois, l’attaque du Hamas n’était pas le fait d’un État et ne venait pas non plus de l’extérieur.

Il venait d’une zone pour laquelle, selon le droit international, Israël est toujours la puissance occupante car, après son retrait, il a continué à contrôler l’accès à Ghaza par voie terrestre, maritime et aérienne. En termes simples, on n’a pas le droit de se défendre contre un territoire qu’on occupe déjà.

Dans ce cas, la clause de légitime défense, l’article 51 de la Charte des Nations unies, n’a aucune pertinence. Ce sont les peuples sous occupation qui, en vertu du droit international, ont le droit de résister, y compris le droit à la résistance armée. Et le peuple palestinien se trouve dans une position unique : il est le seul peuple vivant sous occupation militaire qui est censé assurer la sécurité de son occupant !

Prises ensemble, les attaques israéliennes contre Ghaza reflètent une vision profondément militariste, un refus obstiné d’explorer des voies de coexistence pacifique, un mépris habituel pour les lois de la guerre et le droit international humanitaire, et une insensibilité totale envers les civils palestiniens.

Les généraux israéliens parlent de leurs incursions militaires récurrentes à Ghaza comme de «tondre l’herbe». Ils entendent par là affaiblir le Hamas, dégrader sa capacité militaire et affaiblir sa capacité à gouverner. Cette métaphore déshumanisante implique une tâche qui doit être accomplie régulièrement, mécaniquement et sans fin. Il fait également allusion au massacre aveugle de civils et aux dommages causés aux infrastructures civiles qui mettent plusieurs années à être réparées.

Sous cette sombre rubrique, il n’y a pas de solution politique durable : la prochaine guerre n’est toujours qu’une question de temps. «Tondre l’herbe» est une métaphore effrayante, mais elle fournit un autre indice sur l’objectif profond qui se cache derrière le refus constant d’Israël de la solution diplomatique et le recours répété à la force militaire brutale à sa frontière Sud. Le bombardement israélien actuel sur Ghaza est une réponse à l’attaque du Hamas du samedi 7 octobre, ou Samedi Noir.

Cela a changé la donne. Dans le passé, le Hamas a tiré des roquettes sur Israël ou s’est engagé avec les forces israéliennes à l’intérieur de son territoire. Le 7 octobre, le Hamas et le groupe Jihad islamique ont utilisé des bulldozers pour briser la clôture autour de Ghaza et se sont lancés dans une série d’attaques à l’intérieur du territoire israélien.

L’attaque du Hamas, qui n’a absolument pas été provoquée, comme le prétendent Israël et ses amis, est une autre question. L’attaque ne s’est pas produite dans le vide. La toile de fond était 56 ans d’occupation israélienne des territoires palestiniens – l’occupation militaire la plus prolongée et la plus brutale des temps modernes. Cela constitue une violence quotidienne contre les habitants de Cisjordanie et de la bande de Ghaza et une violation quotidienne de leurs droits humains fondamentaux. (A suivre) R. R.

(*) Enseignante à l’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information d’Alger ((ENSJSI)

Copyright 2024 . All Rights Reserved.