Au lendemain du rapport sur l’emploi américain : Les actions mondiales en chute

08/07/2023 mis à jour: 12:36
951
Photo : D. R.

Les actions mondiales ont chuté hier pour couronner une première semaine torride du troisième trimestre pour les marchés financiers, le dollar restant ferme et les obligations s’effondrant, alors que la résistance des données sur l’emploi aux États-Unis fait craindre aux investisseurs des taux d’intérêt encore plus élevés.

L’indice MSCI des actions mondiales, qui a augmenté de près de 6% le mois dernier, alors que la Réserve fédérale américaine a interrompu son cycle de hausses de taux agressives, a reculé de 0,2% hier, tandis que l’indice européen Stoxx 600 a baissé de 0,3%.

Des chiffres partiels étonnamment élevés sur le marché du travail américain ont entraîné des ventes massives sur les marchés obligataires. Les rendements des bons du Trésor à deux ans ont dépassé les 5% au début des échanges et les prix des contrats à terme ont commencé à admettre la possibilité que la Réserve fédérale, comme elle l’a prévu, relève ses taux à deux reprises avant la fin de l’année.

Les rendements des bons du Trésor à dix ans se sont stabilisés à 4,04% après avoir augmenté de plus de 17 points de base en deux séances, mais les marchés régionaux ont été sous pression, alors que les ventes se sont étendues à l’ensemble du globe, bloquant les investisseurs qui s’étaient positionnés en vue d’un pic des taux.

«Les gens ont été très réticents à accepter l’idée que les banques centrales allaient porter les taux d’intérêt à plus de 5 ou 6% et les maintenir à ce niveau», a déclaré Andrew Lilley, stratégiste en chef pour les taux d’intérêt à la banque d’investissement Barrenjoey, à Sydney. Le rendement des obligations allemandes à deux ans a baissé de 5 points de base à 3,3%, après avoir atteint jeudi son plus haut niveau depuis 15 ans.

En Grande-Bretagne, où les opérateurs se préparent à la fois à une récession et à des taux d’intérêt se dirigeant vers 6,5%, les rendements des gilts à 10 ans ont atteint des sommets post-2008. Bien que les rendements aient baissé hier, les coûts d’emprunt à long terme en Europe et aux Etats-Unis devraient terminer la semaine avec une hausse de plus de 20 points de base.

«L’histoire des Etats-Unis diffère de celle du Royaume-Uni. Là-bas, les programmes de dépenses fiscales massives de Biden pourraient finir par frustrer les sceptiques du marché cette année», a déclaré Russ Mould, directeur des investissements chez AJ Bell. «Mais le Royaume-Uni ne fait pas la même chose. Cette situation est amplifiée par l’autosuffisance des Etats-Unis en matière d’alimentation, de pétrole et de produits énergétiques», a-t-il ajouté.

La tendance à la déglobalisation signifie «qu’au lieu que les Etats-Unis soient une marée qui soulève tous les bateaux, les pays ont commencé à marcher à leur propre rythme économique», a ajouté M. Mould. Les rendements des obligations d’Etat australiens à trois ans et à dix ans ont chacun augmenté d’une douzaine de points de base jeudi et d’une douzaine d’autres vendredi pour atteindre des sommets de la décennie.

Même les rendements des obligations d’Etat japonais, bien ancrées, ont augmenté vendredi. Les économistes interrogés par Reuters s’attendent à ce que l’économie américaine ait créé 225 000 nouveaux emplois en juin, contre 339 000 en mai.

Le rapport ADP sur l’emploi national a montré le 6 juillet  que le nombre d’emplois privés aux Etats-Unis avait augmenté de 497 000 le mois dernier, alors que l’on s’attendait à une hausse de 228 000. Les contrats à terme du S&P 500 ont baissé de 0,2%, tandis que ceux du Nasdaq ont reculé de 0,3%.

L’effondrement du marché obligataire a soutenu le dollar, mais pas trop, car les rendements ont bondi dans le monde entier et la crainte d’une intervention a rendu les traders trop nerveux pour vendre à découvert le yen.

L’euro était en baisse de 0,2% sur la semaine, à 1,0890 $. Le yen a baissé de 0,8% vendredi, s’établissant à 143,00 pour un dollar. En ce qui concerne les matières premières, les contrats à terme sur le pétrole brut Brent ont augmenté de 0,2% pour atteindre 76,63 dollars le baril. L’or a augmenté de 0,2% pour atteindre 1914,66 dollars l’once. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.