Appel des journalistes marocains contre la normalisation avec l’occupation israélienne : «Nous avertissons contre le danger sioniste dans notre société»

14/06/2022 mis à jour: 04:38
2467

Dans un communiqué, qui nous a été transmis, signé hier, lundi 13 juin 2022, les «journalistes marocains contre la normalisation» accablent l’Etat marocain et attirent l’attention de l’opinion publique nationale et internationale sur les dangereuses dérives du makhzen et sa «profanation de (notre) pays».

«Nous suivons avec une grande inquiétude la dangereuse voie de la normalisation poursuivie par l’Etat marocain depuis décembre 2020, à travers plusieurs accords et décisions qui permettent aux institutions de l’occupation sioniste de profaner notre pays.

Le dernier acte de cette vague est l’octroi d’une licence à une chaîne israélienne à ouvrir deux bureaux au Maroc, à un moment où la blessure est encore vive de l’assassinat, de sang-froid et devant les yeux du monde, de notre collègue journaliste Shireen Abu Aqleh par l’armée de l’occupation.»

Selon le même document, ennemie de la liberté d’expression et de la presse, l’occupation israélienne a à son actif «55 journalistes martyrs depuis 2020. Le 31 mai dernier, notre collègue Ghoufran Warasna à Al Khalil est tombée sur le champ de bataille pour la liberté de la presse, sans oublier plus de 368 violations israéliennes contre les journalistes en 2021 et 100 violations depuis le début de cette année, lors de leurs couvertures des événements».

Face à ces violations et provocations, «l’insistance de l’Etat marocain à aller de l’avant dans ses relations avec l’occupation est un signe d’encouragement implicite à ces manœuvres. Une normalisation qui ne fait qu’intensifier les violations des droits des Palestiniens.

La normalisation des médias marocains avec les institutions israéliennes est également une implication claire dans la falsification de la vérité, l’encouragement au meurtre d’innocents, le vol de terres, la démolition de maisons et l’effacement du récit palestinien et son remplacement par un faux récit sioniste qui déforme le présent et l’histoire…»

Le makhzen profane le Maroc

A cet égard, les journalistes signataires de cet «Appel» annoncent à l’opinion publique nationale et internationale ce qui suit : «Nous affirmons que la normalisation des médias marocains avec l’occupation sioniste est un crime contre les Palestiniens, les Marocains et l’humanité, nous condamnons l’ouverture de bureaux d’une chaîne sioniste et l’organisation de la cérémonie d’ouverture en grande pompe et demandons la fermeture immédiate des bureaux. Cette démarche est une provocation contre nous, journalistes partisans de la vérité, surtout une immense provocation aux sentiments des Marocains dont le cœur et la raison sont liés à la Palestine, une cause nationale.»

Les signataires, d’un ton dur, avertissent contre le «danger de l’infiltration sioniste de la conscience de la société marocaine, à travers les médias, la culture et l’éducation, sous les yeux de l’Etat et des instances politiques, associatives et médiatiques». «Nous avertissons à éviter le piège du récit factice autour de ‘‘notre communauté juive en Israël’’. Nous rappelons que les colons juifs, y compris ceux d’origine marocaine, sont des criminels et des occupants…»

Les journalistes signataires appellent les partis politiques, les organisations des droits de l’homme et de la société civile à «renforcer le boycott culturel, académique, économique et médiatique, comme arme pacifique et de résistance à l’occupation, qui a prouvé son efficacité sur tous les continents du monde» et exigent de l’Etat marocain d’«arrêter le processus de normalisation et de continuer à soutenir le droit palestinien par tous les moyens, y compris la promulgation d’une loi criminalisant la normalisation avec l’occupation jusqu’à ce que la Palestine soit libérée». «La défense de la question du Sahara par les médias marocains ne signifie pas notre implication dans le marchandage de la juste cause palestinienne.»

Ils annoncent, en outre, leur «adhésion à la campagne nationale et internationale contre la normalisation et nous appelons tous les collègues et les institutions médiatiques du Maroc à défendre le droit palestinien par la parole, la voix et l’image pour empêcher l’infiltration sioniste dans notre pays. Vive la Palestine !»

Pour lever toute équivoque et amalgame, les pétitionnaires tiennent à préciser qu’ils s’engagent «en tant que journalistes dans la lutte contre tous les discours de haine, y compris les discriminations à l’encontre des juifs…» Quelle sera la riposte de makhzen à cette sortie courageuse de nos consœurs et confrères du voisin de l’Ouest ?

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.