A quand la réforme du baccalauréat ?

01/06/2022 mis à jour: 08:56
3596

Le compte à rebours est enclenché pour les épreuves du BEM (Brevet d’enseignement moyen) et du baccalauréat, respectivement du 6 au 8 juin et du 12 au 16 juin. 

Après une année scolaire perturbée par les couacs liés au retard dans la reprise des cours et à la suspension de l’enseignement lors des pics de la pandémie enregistrés dans le pays, aggravée par le rituel mouvement de grève des enseignants autour des revendications pédagogiques et socioprofessionnelles, qui a marqué cette année encore la vie du secteur de l’éducation nationale, les candidats s’apprêtent à négocier le dernier virage qui leur ouvrira les portes du succès, de l’avenir. 

Avec les mêmes angoisses et les mêmes interrogations vécues par leurs prédécesseurs, notamment depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19, qui a complètement parasité le fonctionnement des établissements scolaires, notamment après l’épisode de la contamination de masse par le virus Omicron. Le résultat est aujourd’hui là avec un lourd passif à gérer afin de ne pas compromettre l’année scolaire et les résultats des examens. 

Le taux de réalisation du programme est estimé à environ 65% par les syndicats autonomes des travailleurs du secteur de l’éducation nationale, et le niveau des élèves est pointé du doigt, compte tenu des conditions pédagogiques exceptionnelles dans lesquelles s’est déroulée l’année scolaire. 
 

La hantise de l’année blanche a poussé les responsables en charge du secteur à sacrifier la qualité de l’enseignement dispensé en privilégiant le pari de l’urgence, des résumés et des synthèses des cours, tout en comptant sur l’effort personnel de l’élève pour sa remise à niveau, par le recours aux devoirs de maison ou par des cours particuliers de soutien, qui sont devenus incontournables pour tous. 

Le ministère de l’Education nationale s’est engagé, cette année également, à ce que les épreuves des examens ne portent que sur les cours dispensés en présentiel. Mais est-ce suffisant pour rassurer les candidats et leurs parents au regard des relevés de notes de l’année scolaire qui ne prêtent pas à l’optimisme, révélant une baisse de niveau quasi générale ayant impacté même les élèves les plus performants ? La réponse à cette question réside dans le nomadisme des élèves devenu un véritable sport national touchant les établissements scolaires aussi bien publics que privés. 
 

Sur un autre plan lié aux changements structurels des épreuves du baccalauréat, la réforme de cet examen, promise pour cette année, doit patienter encore. Cette réforme, qui a suscité un profond espoir au sein de la famille de l’éducation, devrait contribuer à instaurer de nouveaux paramètres d’évaluation du niveau des candidats au baccalauréat et de succès à l’examen en prenant en compte les résultats et les efforts fournis durant l’année scolaire combinés aux notes du baccalauréat. Tout comme les candidats sont avertis que la possibilité du rachat à l’examen, telle que relayée par la rumeur, cette année aussi, est exclue. 

La seule consolation, mais seulement pour les bacheliers ayant obtenu leur examen avec mention, reste l’intégration – la mesure est effective déjà depuis l’année dernière – des notes des matières essentielles obtenues par l’élève durant l’année scolaire dans la moyenne du baccalauréat pour l’orientation pédagogique à l’université.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.