Célébration du 60e anniversaire de l’indépendance : Le Cread propose un retour sur l’histoire socioéconomique du pays

12/07/2022 mis à jour: 19:39
1325

Les auteurs du numéro spécial du Cread ont expliqué que l’Algérie a fait différents choix d’approche de développement économique visant à mieux la positionner dans l’économie mondiale et régionale.

A l’occasion du soixantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (Cread) a réalisé un numéro spécial. Ce cahier se propose de revenir sur le passé récent de l’histoire économique et sociale de l’Algérie, d’en tirer les enseignants et surtout de contribuer à la réflexion prospective quant aux approches à envisager pour faire face aux défis majeurs et enjeux géopolitiques, économiques, sociaux, technologiques et environnementaux auxquels fait face notre pays.

Dans leur introduction, les auteurs de ce numéro spécial ont expliqué que l’Algérie a fait, depuis l’indépendance du pays, différents choix d’approche de développement économique visant à mieux la positionner dans l’économie mondiale et régionale. Cela s'est traduit par de multiples réformes structurelles et des programmes d’action et d’investissement, qui ont concerné l’ensemble des secteurs économiques.

Toutefois, les ressources générées par les exportations d’hydrocarbures, source quasi-exclusive des revenus extérieurs de l’Algérie, ont constitué le pilier de la politique économique et sociale.

Aujourd’hui, selon le Cread, l’Algérie doit repenser le modèle de développement économique et social au-delà des hydrocarbures pour une croissance économique durable, notamment après la crise économique de 2014, accentuée par la crise sanitaire de la Covid-19.

«Le progrès d’une nation se mesure certes par son niveau de croissance, mais aussi par le recul des inégalités sociales au sein de sa population. Or l’Algérie, note le document, a préservé son caractère social depuis l’indépendance, néanmoins la persistance des inégalités sociales, la problématique de la rationalisation des dépenses publiques et le ciblage des aides représentent toujours les entraves d’une politique sociale équitable.»

Dans ce numéro, étalé sur sept axes, un chapitre a été consacré aux réformes macro-structurelles et diversification économique. Selon son auteur, la diversification vise principalement la réduction de la dépendance aux hydrocarbures, le renforcement de la résilience de l’économie et du rôle du secteur privé, et la multiplication des produits exportés et des partenaires commerciaux.

Économie rentière

L’analyse des politiques économiques en Algérie a été toujours encadrée par le caractère rentier de cette économie, et les répercussions de la crise sanitaire de la Covid-19 viennent multiplier l’appel des économistes et des experts à se lancer dans des réformes structurelles.

Ces réformes restent essentielles pour rétablir la stabilité macroéconomique, soutenir la croissance économique et diversifier l’économie nationale. D’aucuns rappellent qu’une économie très dépendante aux hydrocarbures reste très vulnérable aux fluctuations des prix du pétrole.

Cette situation nécessite, ainsi, l’engagement de transformations structurelles pour l’économie algérienne. Deux articles, sélectionnés dans ce numéro spécial, évoquent la problématique liée à l’intégration économique de l’Algérie et l’investissement privé.

Le premier article aborde la question de la rente pétrolière et son impact sur l’intégration régionale de l’Algérie et sur son potentiel du commerce avec les pays africains. Un autre article traite l’historique de l’évolution de l’investissement privé en Algérie depuis l’indépendance du point de vue juridique.

D’autres chapitres intéressants abordent la gouvernance, la politique publique et les politiques sociales et la réduction des inégalités économiques, sociales et spatiales. Les inégalités des salaires, comme forme marquante des inégalités économiques, est également étudiée dans ce numéro spécial.

Il  y est expliqué, dans la partie consacrée à l’économie de la connaissance et développement économique, que l’université et le capital humain sont le premier levier du développement économique et social. Mais après 60 ans d’indépendance, l’université se retrouve en face de plusieurs obstacles qui entravent son implication réelle dans la société et le développement de l’économie. 

Copyright 2023 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer