Association Oxy-jeunes Derguina : Le Club Jeunes écolos ouvre ses portes

01/09/2022 mis à jour: 22:11
2764
Photo : D. R.

L’association Oxy-jeunes Derguina s’est lancé un nouveau défi : former les petits et les sensibiliser vis-à-vis des problématiques liées à l’environnement. Et c’est à travers le club Jeunes écolos, une structure interne de l’association que les enfants prendront part à différents ateliers de formation et d’animation mais également à des sorties pédagogiques et des excursions de découverte.

Sous le slogan «L’Enfant, la graine de l’avenir», le Club Jeunes écolos compte aujourd’hui une cinquantaine d’enfants, âgés entre 8 et 15 ans. Il vise à rassembler écoliers et admirateurs de la nature dans un espace pédagogique d’apprentissage et d’enseignement sur l’éducation environnementale et écologique mais également à situer l’enfant dans son environnement.

A cet effet, Khaled Foudil, président de l’association Oxy-jeunes Derguina explique : «A travers ce club, nous avons tenté de leur créer un espace d’animation, de divertissement, de découverte, d’apprentissage et d’échange autours de thématiques liées à l’environnement».

A travers ses ateliers, le club tentera d’inculquer aux enfants divers comportements environnementaux auxquels ils devront s’habituer à la maison, à l’école et dans les lieux publics. «Notre ambition est que le club Jeunes écolos devienne la 2e école pour les enfants adhérents. A travers ce dernier, on compte forger une génération d’écologistes jeunes et porteurs d’espoir mais surtout former une relève à la hauteur de notre patrimoine naturel», affirme Khaled Foudil.

Ce dernier explique que la création du club est venue après 6 ans d’existence de l’association sur le terrain. A cet effet, il explique : «Notre association a beaucoup œuvré dans le domaine de l’environnement, de la sensibilisation et du travail de proximité avec tous les acteurs de la société mais également avec les autorités. Nous avons d’ailleurs énormément de conventions avec les services et avons entamé des démarches de projets avec les citoyens.

Et si ces 6 années nous ont appris quelque chose, c’est bien qu’il fallait se concentrer sur les générations futures, c’est-à-dire les enfants». M. Foudil assure avoir remarqué que toutes les activités réalisées avec des enfants ont reçu un feedback énorme. «Les enfants étaient, à chaque fois, très réceptifs mais également collaboratifs et réactifs.

De là est née l’idée de monter un projet et créer un club, dédié aux enfants, pour l’éducation environnementale pour le développement durable», précise-t-il. Ajoutant avoir beaucoup été inspiré dans cette démarche par une citation de l’acteur américain Clint Eastwood disant : «Tout le monde s’interroge sur comment laisser une meilleure planète à nos enfants, mais on devrait penser à laisser de meilleurs enfants pour notre planète.»

Pour ce qui est du choix de la tranche d’âge (entre 8 et 15 ans), il s’est fait en raison de la réceptivité de cette catégorie d’enfants. «On peut leur inculquer certaines valeurs et connaissances mais surtout certaines attitudes à adopter en faveur de l’environnement», explique M. Foudil. Précisant que le but ultime est de transformer les connaissances de base en actes et attitudes en vue d’acquérir des habitudes positives envers l’environnement.

A noter que les enfants ont été classés en groupes. Et le classement n’a pas été arbitraire. «Nous avons au préalable procédé à mise à niveau puis avons classé les enfants selon leur degré de compréhension, leurs compétences et enfin leurs capacités physiques, psychologiques et intellectuelles», explique le président de l’association. Une fois les groupes formés, chacun aura droit à son propre programme d’activités.

Objectifs

D’ailleurs, le club sera animé par les membres de l’association. En effet, tout au long de ces années d’expérience sur le terrain, l’association Oxy-jeunes Derguina a formé de nombreux animateurs et ambassadeurs de l’environnement mais également beaucoup d’acteurs associatifs.

«Ces derniers vont désormais animer, à leur tour, des ateliers suivant ce qu’ils maitrisent. Car on veille à faire très attention à bien transmettre les messages et fournir les bonnes informations aux enfants et éviter les erreurs. C’est pour cette raison que la préparation de nos atelier se fait de manière millimétriques et ce, pour éviter toutes sortes d’erreurs possibles», assure M. Khaled Foudil.

Et en termes d’activités proposées, M. Foudil affirme que le programme est riche. Selon lui, il s’agit davantage d’actions pédagogiques, d’apprentissage et de partage. Et cela se fait via deux méthodes. La première est théorique à travers les enseignements et les connaissances fournis. «Généralement, cela se fait via des ateliers et des animations organisés au niveau du siège de l’association», assure M. Khaled Foudil.

Le seconde est pratique, et ce, à travers les différentes activités ludiques et pédagogiques et actions proposés à l’enfant, mais cette fois, en extérieur. A noter que le club dispose de tout un programme d’activités avec une fiche technique pour chacune d’elles. «On trace également l’objectif à atteindre a chaque activité et on fait une évaluation au terme de chacune d’elles», explique M. Khaled Foudil. En termes d’activités, il y a par exemple un projet d’initiation au jardinage avec l’APW de Béjaïa pour créer une pépinière pédagogique au niveau du CSP de Derguina. «Le jardinage permettra, selon Khaled Foudil, d’établir un lien entre l’enfant et son environnement.

Cela permettra, par la même occasion, de créer un espace vert. L’art ne sera pas en reste de tout ça». «Un ami de l’association qui est conteur et acteur associatif va animer des ateliers sur la relation l’animation artistique en utilisant des objets de la nature», confie M. Khaled Foudil. En plus des nombreuses sorties pédagogiques prévues. «Nous aurons également recours à l’enquête environnementale», ajoute M. Khaled Foudil.

Via celle-ci, l’enfant va enquêter sur un sujet bien déterminé (pollution, perte de la biodiversité, les feux de forets, la dégradation de l’environnement, les décharges sauvages) au sein de son environnement. «C’est une sorte de recherche de terrain qui permettra à l’enfant de découvrir le phénomène puis rédiger un rapport. Cela permettra de non seulement développer la compétence rédactionnelle mais également l’aider à se rattacher à certaines problématiques et débattre de la question.

Le club vise finalement à éduquer à l’enfant les valeurs environnementales et en faire un enfant conscient des enjeux. Dans notre démarche, on va tenter de toucher trois aspects», assure M. Khaled Foudil. Le premier la conscience. A cet effet, M. Foudil explique : «Via cet aspect, on va tenter d’aider l’enfant à prendre conscience de son environnement globale. Il deviendra ainsi sensible aux questions importantes telles que pourquoi il y a autant de déchets et de pollution ?

Pourquoi, il y a les feux de foret…» Le second aspect est la connaissance. «D’ailleurs, c’est pour cet objectif qu’on appelle le club ‘’jeune écolo’’ la seconde école. On va tenter de compenser les manquements et les défaillances qui existent à l’école au sujet des questions environnementales», précise M. Foudil. Et enfin le troisième d’aspect est l’état d’esprit. «On va essayer d’aider les enfants à acquérir le sens des valeurs pour l’intérêt de l’environnement afin qu’ils puissent participer activement à l’amélioration de la protection de l’environnement», conclut M. Khaled Foudil.


 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer